M
A
T
Lui c'était... sympatique
Plus que ça mythique,
Un gros ours en peluche
Et elle la nunuche
Chaque soir dans sa voiture
Les suspensions, en prenaient dur
Dur, dur, dur,
Ils rebondissaient,
Couvraient tout de buée
Leurs corps s'enduisaient
Et il la raccompagnait
La sortait en soirée
Où ils s'amusaient
Mais parler...presque jamais
Alors il l'a laissé,
Un lundi en soirée...
Du temps à l'oublier
Tellement adorable il était...

Alors...

R
O
M
Si mignon,
Sympathique aussi non?
Et honnête de lui dire
Quand elle le drague avec un grand sourire
Qu'une copine habite sa vie
Depuis déjà 3 ans et demi
Mais ...
Il la rejoint dans la chambre
Discutent, et font un marché
Ensemble ils passent la soirée
Et demain ils verront
Que naïveté emballe la belle
3 fois elle se donna à lui
Mais son grand sourire est parti
Quand il la déposa chez elle
Sans chercher à prendre de ses nouvelles
Sympathique

Et...

R
E
M
Chopé en montant dans le bus
Elle l'accoste, obtient son num
Echanges pendant le trajet
Rencard organisé
Lendemain sur la pelouse
Entourés de soleil
Ils se murmurent à l'oreille
Leurs envies arriveront seulement
Samedi, il lui dit
Viens chez moi,
Ses parents sont pas là
Le livreur de pizza
Sa peau collée contre la sienne
Son odeur, bien-être,
Il la fait sienne
Adorable par ses gestes,
Habillé une vraie peste
Ce garçon aime l'attrister
Se revoient le lundi
A côté des Folies
Dans un petit hôtel
Juste en bas duquel
Se trémoussent les plus belles
A peine un baiser la matin
Douche, salut, puis rien
Plus de nouvelles encore parti
Il aura peut être le temps samedi...

Pour oublier...

J
O
N
De la classe à l'ennui
C'est vrai qu'il est gentil
Absolument la revoir
Il l'achète dans le noir
D'un bout de la drogue
Dont elle est accroc
Elle est perdue, ne sait plus où
Aller, à qui se confier
Rêve d'être dans les bras assassins
De l'autre vaurien
Se forcer à apprécier un moment
Mais mal à l'aise, dans la bouche un goût de sang
Le froid ne veut plus se séparer d'elle
Malgré les caresses du soleil
Qu'elle sent sur sa peau en rentrant chez elle

Et puis aussi...
RE
MI
fa, sol, la, si, do
dodo de sms
Visions express
Dans la nuit d'une boîte
Sous le son enchaîné
Leurs corps déchaînés
Pelotage mouillé
Baiser endiablé
Numéros échangés en se croisant en fin de soirée
Habite à Paris, travaille, comment le voir
Elle aimerait le savoir
Savoir le reconnaître?
Voir une nouvelle chose naître
La patience lui apprendra des choses
Si elle doit les vivre en vers ou en prose

Quelques heures passent...et
T
H
I
arrive, boîte désertée
Me tend la main pour danser
Sur le podium dévasté
Aucun rythme dansé
Il devait être trop bourré
Me fait tourner
Paraît tomber
Elle le retient
Longs baisers échangés
Elle doit partir, lui laisse de quoi l'appeler
Mais tout le monde est si occupé...

Alors merci
J
E
R
D'être un peu là pour elle
Aussi futile qu'une étincelle
Elle apprécie que tu ne la vois pas que belle