Une vague de tristesse qui m envahit de tous ses flots,
Déferlent par mes yeux en vastes gouttes d'eau,
Dans mon ventre creux de tous ces maux,
Je souffle un vent contre ces eaux,
Pour laisser affluer ensuite mes sanglots,
Loin des regards de tous, de ceux qui sont là-haut.