Cxaro's blog

19 mai 2012

Fous le camp

Mes idées voguent,

Elles sont folles,

Je me débats sous l’eau

J’encre ma peau

Je crie sans voix

Je ne crois plus en moi

Je ne sais plus me défendre

Je ne fais qu’attendre

Laisse-moi, lâche-moi

Oublie moi, pars sans moi,

Quand tu me testes

Je te déteste

Quand tu m’aspires

Je te respire

Et quand je cours

T’es à la bourre

Je ne sais plus à qui faire confiance

Vers lequel penche ma balance

Je veux vivre sans souvenirs

Je veux vivre sans avenir

Tu m’agaçes, je me lasse

De tout ça

Crois en moi

Je suis ta proie

Je ne veux pas le voir

Ne veux pas y croire

Quand mon odeur vanille

Tes narines titillent

Je suis déjà loin

Sur mon propre chemin

Je perds ma raison d’être

Le vainqueur n’est que ton paraître

Tu t’en vas dans ton lit

Je te suis à l’infini,

Je t’en conjure,

Garde-moi pure.

Posté par Cxaro à 15:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]


13 février 2012

28 janvier

RER séparateur d'àmes, frontière des villes, barrière des coeurs,
Banlieusards et parisiens n'ont rien à voir en commun, la verdure, les bâtiments,
Quand est-ce que tu me donnes ton sang,
Je t'attends, je t'attends,
Dépêche toi de finir,

Viens me rejoindre
Au fin fonds de mes délires
Mes désirs s'octroient tes émois
Je ne sais plus quoi te dire
Je suis là, toi ici
On ne saura pas choisir,
Rejoins moi, rejoins moi,
Laisse les eux ils savent rire
Viens danser sur mon corps
Ils sont dans leur torpeur
Frottons nous, en sueur,
La musique c'est nos cris,
Gémissements, rapidement,
Vas-y,fais moi jouir,
Oxygène, odeur de sperme,
Les joues rouges de plaisir,
Fais moi jouir, fais moi jouir,
T'es mon best ecstasy,
Pas un rêve, pas une trève,
Juste une belle symphonie,
De nos coeurs, de nos cris,
Laisse moi juste ton avenir
Courir de joie,
Au milieu des rues vides
De cette capitale nue,
Dépravée, dévergondé,
Cours chercher ton plaisir,
Dans les rues 
Evadée de tes interdits

Posté par Cxaro à 23:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Une vague de tristesse qui m envahit de tous ses flots,
Déferlent par mes yeux en vastes gouttes d'eau,
Dans mon ventre creux de tous ces maux,
Je souffle un vent contre ces eaux,
Pour laisser affluer ensuite mes sanglots,
Loin des regards de tous, de ceux qui sont là-haut.

Posté par Cxaro à 23:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mars 2010

Choix banal

Choix banal 

Ça me fait mal, ou pas vraiment,

Juste un étouffement,

Un besoin de lui crier comme ça,

Tout ce que je ressens,

J’y pense, ça m’obsède chaque seconde,

Qui tombe, qui tombe,

Je dors pour passer le temps,

Ça passera rapidement,

Faites que je lui dise au plus vite !

Mais envahisseur de mes rêves,

Pas le droit à une trêve,

Je supporte, pense, imagine,

Mes pensées et rêves ont déjà constitué

Une vie entièrement imaginée

Ça soulage de penser à lui

Comme quand on reste devant la boulangerie

A humer le parfum des croissants

Ça rassasie la faim,

Et moi j’ai faim de lui.

Il m’inspire, me terrorise,

Timide parce que je sais

Que je ne lui suis pas indifférente

Quelques mots en douce

Et pouf ! effet papillon,

Tu dirais que c’est « fasciste »

Cette transformation de relation

Tout ça pour quelques confessions

D’une amie bien intentionnée

Mais où tout cela va-t-il nous mener ?

Peur de perdre une amitié

Mais moi je veux vivre

Et si tu me redonnes l’envie d’écrire

C’est que tu me rends le souffle

Que j’avais perdu en restant cachée

Au fond de mon gouffre,

Je préfère avoir froid à sentir le vent,

Que rester près de la cheminée,

Fais voler mes cheveux et mon cœur en éclats

Au moins j’aurais vécu pour toi.

 

Posté par Cxaro à 23:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mars 2010

Envie de partir

J’en ai marre

J’ai envie de crier

Pourquoi vous ne voulez pas me laisser partir

Je veux me barrer je veux me barrer

Je veux gueuler, vous me saoulez

« Oui mademoiselle c’est une bonne idée

Pour votre future employabilité »

Alors pourquoi vous changez d’idée ?

Vous me faites tous tellement chier !

J’veux me barrer

J’en ai marre

Sales hypocrites

Bande de petites bites

Pourquoi vous me dites pas la vérité ?

Vous faites traîner

Me faites enrager !

Ahhhhh j’en ai marre, envie de partir

Libérez moi, j’ai pas besoin de vous dire

Oui oui oui, c’est gentil

Pas d’efforts récompensés,

Vous me saoulez, vous me saoulez

J’en ai marre je veux me barrer

Partir enfin à l’étranger

Je veux vivre, rire et sourire

Envie de péter votre bureau

Ça sert à rien de me sourire,

Ça me fait pas rire

Je sais c’est pas moi qui décide

Mais je vais me barrer, qui va m’en empêcher ?

J’en ai marre de vos manies,

Des contraintes administratives

Vous me faites tous chier

Moi je prends mon sac à dos

Et je m’en vais

Qui m’aime me suive

Envie d’être seule

J’espère qu’il n’y aura personne !

C’est moi l’aventurière

La tête en l’air

Tête dans les nuages

Promis je ne serai pas sage

Bande d’abrutis

Laissez-moi partir,

Me faites pas revenir

Vous n’y arriverez pas

Avec votre cul collé à votre chaise

J’ai l’air niaise ?

Je m’en fous, c’est pas vous qui ferez mon destin

La la la, la la la … j’en ai marre…

Je me barre.

[guitares électriques et rythme endiablé en fond sonore]

Posté par Cxaro à 19:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 novembre 2009

Polaaaaa-roïd...

DSC03166_pola01

Posté par Cxaro à 12:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 mars 2008

Caro in Thomas' street

Caro_in_Thomas__street

Posté par Cxaro à 16:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 janvier 2008

Mes premières photos développées au labo

Nuage

Small cloud out of the mouth...

Smoke

SMOKE...

I_l_eauve

I L'EAUVE...

De_l__haut

De là-haut...

Posté par Cxaro à 23:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 juin 2007

Elle

Ses chaussures devant ta porte,
Le chemin depuis la mienne a été court
Mais ma douleur, elle, est lourde
Un simple mur qui nous sépare
Le même sang ruisselant dans nos veines
J'entends vos chuchotements, rires,
Et tant de peine, s'insinue en moi,
Que suis-je donc pour toi?

Posté par Cxaro à 22:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 avril 2007

Eux et elle

M
A
T
Lui c'était... sympatique
Plus que ça mythique,
Un gros ours en peluche
Et elle la nunuche
Chaque soir dans sa voiture
Les suspensions, en prenaient dur
Dur, dur, dur,
Ils rebondissaient,
Couvraient tout de buée
Leurs corps s'enduisaient
Et il la raccompagnait
La sortait en soirée
Où ils s'amusaient
Mais parler...presque jamais
Alors il l'a laissé,
Un lundi en soirée...
Du temps à l'oublier
Tellement adorable il était...

Alors...

R
O
M
Si mignon,
Sympathique aussi non?
Et honnête de lui dire
Quand elle le drague avec un grand sourire
Qu'une copine habite sa vie
Depuis déjà 3 ans et demi
Mais ...
Il la rejoint dans la chambre
Discutent, et font un marché
Ensemble ils passent la soirée
Et demain ils verront
Que naïveté emballe la belle
3 fois elle se donna à lui
Mais son grand sourire est parti
Quand il la déposa chez elle
Sans chercher à prendre de ses nouvelles
Sympathique

Et...

R
E
M
Chopé en montant dans le bus
Elle l'accoste, obtient son num
Echanges pendant le trajet
Rencard organisé
Lendemain sur la pelouse
Entourés de soleil
Ils se murmurent à l'oreille
Leurs envies arriveront seulement
Samedi, il lui dit
Viens chez moi,
Ses parents sont pas là
Le livreur de pizza
Sa peau collée contre la sienne
Son odeur, bien-être,
Il la fait sienne
Adorable par ses gestes,
Habillé une vraie peste
Ce garçon aime l'attrister
Se revoient le lundi
A côté des Folies
Dans un petit hôtel
Juste en bas duquel
Se trémoussent les plus belles
A peine un baiser la matin
Douche, salut, puis rien
Plus de nouvelles encore parti
Il aura peut être le temps samedi...

Pour oublier...

J
O
N
De la classe à l'ennui
C'est vrai qu'il est gentil
Absolument la revoir
Il l'achète dans le noir
D'un bout de la drogue
Dont elle est accroc
Elle est perdue, ne sait plus où
Aller, à qui se confier
Rêve d'être dans les bras assassins
De l'autre vaurien
Se forcer à apprécier un moment
Mais mal à l'aise, dans la bouche un goût de sang
Le froid ne veut plus se séparer d'elle
Malgré les caresses du soleil
Qu'elle sent sur sa peau en rentrant chez elle

Et puis aussi...
RE
MI
fa, sol, la, si, do
dodo de sms
Visions express
Dans la nuit d'une boîte
Sous le son enchaîné
Leurs corps déchaînés
Pelotage mouillé
Baiser endiablé
Numéros échangés en se croisant en fin de soirée
Habite à Paris, travaille, comment le voir
Elle aimerait le savoir
Savoir le reconnaître?
Voir une nouvelle chose naître
La patience lui apprendra des choses
Si elle doit les vivre en vers ou en prose

Quelques heures passent...et
T
H
I
arrive, boîte désertée
Me tend la main pour danser
Sur le podium dévasté
Aucun rythme dansé
Il devait être trop bourré
Me fait tourner
Paraît tomber
Elle le retient
Longs baisers échangés
Elle doit partir, lui laisse de quoi l'appeler
Mais tout le monde est si occupé...

Alors merci
J
E
R
D'être un peu là pour elle
Aussi futile qu'une étincelle
Elle apprécie que tu ne la vois pas que belle



Posté par Cxaro à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rémi

C'est...
R
E
M
I
Hier qui m'a dit
Que, quoi, qui?
Que j'étais jolie,
Hier, jolie sous la pluie.
Oui c'est lui, lui, lui
Lui qui me l'a dit
Un matin sur le lit
Juste à ton éveil si, si
Il... m'a pris
tant de mes soucis
Pour pouvoir y mettre
Toute son énergie, si , si
Il me l'a dit
Quand il m'a sourit
De ses belles dents blanches
Comme pour le dimanche...
Oui, il m'a dit,
Jolie en temps de pluie
Et je lui souris
Blanche, de neige pure
Envolée dans ce vent
Que tu me souffles
Frais me gèle le coeur
Tu me fais si peur
Je ne sais plus où je suis
Pourquoi m'as tu amenée ici...
Juste... ici....
Je n'avais pas compris..
Que j'étais comme celles
Ambulant en bas de l'hôtel
Qui ont perdu leurs ailes
Je veux pouvoir m'envoler
Loin de tout ce passé
Qui m'encercle de toute part
Je ne veux plus de ce connard
Alors je marche sous la pluie
A tout le monde je souris
Certains me disent que je suis jolie
Je ne veux plus voir de gris
Dans cette unique vie
Qui nous est offerte
Alors ôtez ce masque de méchanceté
Faites place à la pureté
Pensez à vous aimer au lieu de
Vous enfoncer...
On devrait être tous solidaires
Pour survivre sur cette Terre

Posté par Cxaro à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cri

Envie de gerber, crier, frapper

Tout ce qui m’entoure, me détourne, me bourre

De vide, m’enlève mes repères, tes lèvres, me désaltère

De votre mépris, incompréhension, confusion, intolérant

Bien trop souvent, je ne sais même pas ce que tu penses

Bien avec toi, dis moi pourquoi

Je me sens si mal quand je quitte tes bras

Pas dans la rue, juste dans la chambre tes gestes tendres

Pute où tu es mon gigolo, c’est plutôt ça

Toujours tombée dans le panneau, autre chose que ça

Je veux plus être naïve, trop imaginative

Attachez mes pieds sur terre, mon esprit part en l’air

Je veux être lucide, vivre, partir sur mon île

Lointaine ,soudaine, je suis trop accroc

Posté par Cxaro à 01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2007

Souvenir d'un soir

Pourquoi tu restes avec elle
Pour l'étincelle des habitudes
Les vibrations de ton portable
Chaque soir son sms t'ensorcelle
Qu'importe les catastrophes de ta vie
Elle sera là pour les éteindre
Mais c'est le souffle de sa vie
Qui oxygène votre idylle
Mérite -t-elle ça ton étincelle?
Flammes brèves d'un soir
Qui la consumme tellement
Tu pourrais les transformer en un feu
Eclatant de milliers d'étincelles
Choisis parmi toutes celles
Que tu as enflammé en soirées
Il est temps que la fidélité
Devienne ton désir de vie limpide
Ose sauter dans le vide

Posté par Cxaro à 23:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mars 2007

Merci les portables qui font vidéo!

Ce soir en fumant mon pétard j'ai pu me remémorer plein de bons moments, comme le concert de Louise attaque, la dernière aprèm délire passée avec mon meilleur pote, la technoparade ou encore la soirée d'hier...
Mon portable est ma boîte à souvenirs, c'est si agréable, alors merci.

Posté par Cxaro à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2007

Une légèreté, une impression d'exister

Une légèreté, une impression d'exister,

un pourquoi rester ainsi,

la tristesse m'a à sa merci

tous les jours tu me sauves la vie

et moi continuellement je te souris

la télé et la musique allumés

l'impatience d'être demain pour ce bien-aimé

l'envie d'être enlacée et de se sentir aimer

nous lieront à jamais

Posté par Cxaro à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2007

Flocon de neige

Je suis comme un flocon de neige
Tout ce qui me touche me transforme en larmes...

Posté par Cxaro à 00:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2006

Retour...

Retour après un an, juste le temps de vous parler des petites choses rigolotes de ma vie.
Hier soir, je vais au ciné avec mon amoureux, on passe dans notre petite cité pleine de dealers d'à côté avant histoire de se faire une petite cigarette magique, et là, en repartant, on crosie un mec qui nous demande:"Excusez-moi, vous connaissez un mec qui vend des lance-roquettes?" Mon amoureux le traite de fou en rigolant, et lui demande pour quoi il en veut un; celui-ci répond:"pour pêcher!" Vous connaissez la pêche à la dynamite? Alors pourquoi pas... Ou alors il s'est bien foutu de notre gueule. lol

Enfin il cherchait un mec avec un blaz chelou, apparemment c'est des gens d'une cité d'en face qui l'avaient renseigné, enfin, Dieu seul connaîtra la vérité, mais nous on se sera bien marrés...enfin pas très rassurant tout ça quand même...

Posté par Cxaro à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2005

Visions...

dscn58912

dscn58781
dscn58901

dscn58821

dscn5850



Posté par Cxaro à 21:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 novembre 2005

J'ai l'impression de régresser

J'ai l'impression de régresser, de redevenir l'enfant que j'étais, timide et effrayée de tout.

Posté par Cxaro à 21:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les gens qui aiment sont toujours intarissables sur l'objet de leur amour.

Dans "Cosmétique de l'ennemi" de Amélie NOTHOMB, l'un des personnages dit : "Les gens qui aiment sont toujours intarissables sur l'objet de leur amour."
C'est tellement vrai...


16147430_l

Posté par Cxaro à 21:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]